Archives pour la catégorie Actualités

Si votre demande est acceptée _ CPF + aide Pôle Emploi --- Si votre demande est refusée _ CPF + fonds personnels (1)

Breaking news : Pôle Emploi peut abonder votre CPF !

Une-logo-pole-emploimon-compte-formation

 

Depuis mercredi 8 Juillet 2020, les demandeurs d’emploi ont la possibilité de bénéficier d’une aide financière complémentaire de Pôle Emploi pour leur projet formation. La demande peut être faite directement depuis MonCompteFormation, si les droits dont ils disposent sont insuffisants pour souscrire à la formation souhaitée.

La démarche est simple, il suffit pour le demandeur d’emploi de se connecter sur son espace personnel MonCompteFormation, de faire une demande d’inscription auprès de l’organisme de formation. Si son budget ne lui permet pas de couvrir la totalité du montant demandé, il pourra solliciter Pôle Emploi directement via son espace pour abonder son compte et donc pouvoir souscrire à la formation souhaitée.

C’est après étude de la demande que Pôle Emploi acceptera directement via le site MonCompteFormation. L’organisme de formation et le titulaire seront informés des différentes étapes comme pour une demande classique, sur leurs espaces respectifs.

Si votre demande est acceptée _ CPF + aide Pôle Emploi --- Si votre demande est refusée _ CPF + fonds personnels (1)
Pôle Emploi et la Caisse des dépôts et de consignation grâce à ce nouveau dispositif, simplifient le parcours des demandeurs en leur donnant les rênes de leur projet de formation. Les échanges entre les différents interlocuteurs concernés (Organisme de formation, Kairos, Moncompteformation..) sont eux aussi simplifiés.

Les équipes d’Audavia continuent à vous conseiller et à vous accompagner sur toutes les étapes de votre projet. N’hésitez pas à prendre contact avec nous.
Pour tous renseignements complémentaires, contactez-nous au 0805 690 063 (appel gratuit) ou par e-mail(info@audavia.fr).

people-on-a-video-call-4226122

Panorama des outils de visio-conférence

 

people-on-a-video-call-4226122

 

Certains des noms suivant ne vous disaient rien il y a encore quelques mois : Microsoft Teams, Goto Meeting, Skype, Zoom, ou même Slack et Jistsi Meet.

Pourtant, à ce jour vous les avez tous ou presque essayés avec vos collaborateurs, clients, manager, frères, sœurs, grands-parents, maîtresse (on parle bien de l’école), etc…

C’est pourquoi, nous avons voulu vous aider à y voir plus clair afin de choisir l’outil qu’il vous faut.

Certains proposent des fonctionnalités très avancées quand d’autres se démarquent par leur accessibilité ou même gratuité de service. Suivant la taille de votre entreprise et vos besoins, certaines applications seront plus adaptées.

Les différentes formations à distance que nous avons pu mettre en place, nous ont permis de tester un par un ces outils.

Pour cela, nous avons listé ci-dessous leurs points forts et leurs points faibles (à notre humble niveau d’utilisateur).

 

Skype :

Skype

 

Nous ne pouvions pas commencer ce comparatif sans lui !

Bien connu de tous, Skype est sans aucun doute le plus connu de tous. Pour toute une génération, Skype a été le moyen incontournable pour garder le contact avec ses proches lors de voyages à l’étranger, de relations à distance ou pour garder le contact avec des grands parents par exemple. Cependant, même s’il fait figure d’incontournable, avec les années Skype s’avère ne pas être l’outil le plus optimisé de la liste.

 

Points forts :

 

»      Nombre important d’utilisateurs possibles en réunion (50)

»      Bonne qualité des communications

»      Possibilité d’enregistrement des conversations

»      Gratuité du produit

»      Valeur sûre après des années

»      Option permettant de flouter l’arrière-plan

»      Conversations d’équipe

»      Partage de documents

 

Points faibles :

 

»      Peu d’options d’optimisation

»      Un système de sous-titrage qui n’est malheureusement pas encore au point

»      Pas de coédition

 

Notre avis : Une valeur sûre, gratuite et dont on connait les limites mais aussi les grandes qualités.
Skype est un bon outil de communication intra-entreprise.

 

 

Go to Meeting :

gotomeeting

Il est l’un des leaders du marché de la visio-conférence. C’est un outil fiable bénéficiant d’assez d’expérience pour proposer aujourd’hui une version avec de belles options avancées. Quelques bugs et problèmes de présentation viennent juste ternir un peu le tableau. Go to Meeting propose une version d’essai gratuite limitée.

 

Points forts :

 

»      De bonnes options avancées

»      Une grande expérience

»      Enregistrement des réunions

»      Fonctions de bases très bien faites

»      Leader du marché

»      Webinaires possibles

Points faibles :

 

»      Il manque encore quelques options

»      Soucis techniques (bugs et problèmes de présentation)

»      Quelques doutes sur la sécurité des données

»      Outil payant

 

Notre avis : Surement l’un des meilleurs outils du marché actuel malgré quelques soucis techniques qui pourraient être évités et un coût d’abonnement.

 

 

Zoom :

zoom-video-conferencing-logo-7bde38062e4a0eaf7432215c95ccc38a

Très facile à utiliser et à prendre en main, il est l’outil parfait dans l’urgence. Les participants n’ont pas besoin de créer un compte pour assister et participer aux réunions. Zoom est compatible avec tous types d’appareils (tablettes, ordinateurs, smartphones…).

 

C’est probablement celui dont la popularité a le plus explosé pendant le confinement.

 

Points forts :

 

»      Simplicité d’utilisation

»      Une version gratuite assez complète

»      Facilité d’organisation des réunions

»      Plusieurs outils collaboratifs (coédition)

»      Pas besoin d’avoir un compte pour participer à une réunion

 

Points faibles :

 

»      Le partage d’écran n’est pas optimisé

»      Temps d’utilisation limité à 40mn en version gratuite

»      Problème de sécurité des données avec plusieurs procès en cours.

 

Notre avis : Zoom semble être une bonne porte d’entrée pour les petites et moyennes entreprises une fois les problèmes de sécurisation des données réglés. Si vos réunions durent plus de 40mn, il faudra mettre la main à la poche…

 

 

Microsoft Teams :

ms-teams400x200

Microsoft Teams est le cheval de Troie de Microsoft dans les moyennes et grandes entreprises. En effet, Teams est inclut dans l’abonnement à Microsoft office 365. Il est avec son concurrent Go to Meeting, l’un des produits les plus avancés et les plus performants du marché de la visio-conférence. Teams est essentiellement utilisé par les grandes entreprises mais certaines TPE et PME l’utilisent aussi.

 

Points forts :

 

»      Une fonction de coédition très abouties

»      Une interface et une ergonomie intuitive

»      Compatible avec plusieurs applications

»      Facilité d’organisation de réunions

»      Supports accessibles (tutoriels intégrés)

»      Outil très complet, hautement personnalisable

»      Partage de documents bien fait

 

Points faibles :

 

»      Pas d’export de notes

»      Déception sur l’interface en visio-conférence

»      Outil plus adapté aux grosses entreprises

 

Notre avis :  Microsoft Teams a poussé Skype vers la sortie du marché des professionnels. C’est un outil très performant et optimisé pour les grandes et très grandes entreprises, mais qui a un prix.

 

 

Jitsi Meet :

jitsi-logo-blue-grey-text

Nouvel outil gratuit dont la côte de popularité ne fait que monter ! Encore jeune et perfectible, Jisti Meet s’inspire fortement de son cousin Google Meet, avec l’avantage de ne pas avoir besoin d’une adresse mail Google. Voici l’inventaire de ses points forts et les axes d’amélioration :

 

Points forts :

 

»      Service entièrement gratuit

»      Pas besoin de compte utilisateur

»      Disponible sur mobile (application mobile)

»      Option partage d’écran

»      Connexion via un simple navigateur web

»      Pas besoin d’une adresse mail Google

 

Points faibles :

 

»      Outils collaboratifs décevant

»      Instabilité sur les autres navigateurs que Chrome

 

Notre avis : Jitsi Meet n’est pas encore à la hauteur des grands du marché, mais pour un outil nouveau et gratuit, il méritait sa place dans ce comparatif. Il peut tout à fait convenir à de petites entreprises.

 

numbers-money-calculating-calculation-3305

Comment financer sa formation ?

numbers-money-calculating-calculation-3305

Si choisir la bonne formation est déjà parfois une étape compliquée, alors comment la financer l’est encore plus. Employeurs, salariés, demandeurs d’emploi et même travailleurs non-salariés, à chaque profil ses solutions ! Voici un petit tour d’horizon des différentes pistes à explorer suivant votre situation et les interlocuteurs dédiés à contacter.

Le CPF (Compter Personnel de Formation) :

 

Depuis le 1er janvier 2015, tout salarié bénéficie d’un Compte Personnel de Formation (CPF) qui le suit tout au long de sa vie professionnelle. Chaque salarié devient ainsi acteur de l’évolution de ses compétences. Celui-ci a été modifié au 1er janvier 2019 avec une conversion des heures cumulées à hauteur de 15€ TTC/h pour que le compteur CPF soit dorénavant en euros. Depuis 2020, les travailleurs non-salariés peuvent également bénéficier d’un versement sur l’activité de 2018/2019.

Un site internet dédié existe : http://www.moncompteformation.gouv.fr/ et permet à chaque salarié de s’informer sur ce dispositif, de consulter en ligne son compteur, de connaitre la liste des formations éligibles et de directement s’inscrire à une action de formation.

Dans les grandes lignes, le compte personnel de formation (CPF) c’est :

  • Une ouverture des droits dès l’entrée sur le marché du travail à toute personne âgée d’au moins 16 ans jusqu’à son départ à la retraite (et par dérogation aux jeunes de 15 ans ayant signé un contrat d’apprentissage).
  • Un compteur crédité à raison de 500€ TTC/an jusqu’à un maximum de 5000€ TTC. Les personnes non qualifiées et/ou en situation de handicap obtiennent 800€ TTC/an avec un plafond à 8000€ TTC.
  • Des heures non utilisées qui sont conservées en cas de changement de situation professionnelle.
  • Une gestion du CPF à l’extérieur de l’entreprise par la caisse des dépôts et consignation via le site Mon compte formation.

Certains salariés peuvent également bénéficier du C2P, le compte personnel de prévention lorsque leur emploi est exposé à un ou plusieurs facteurs de pénibilité. Le budget qui leur est alloué peut être ajouté à leur budget CPF avec des conditions d’utilisation similaire.

 

Les OPCO (OPérateurs de COmpétences) :

 

Depuis le 1er avril 2019, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés) ont laissé la place à 11 nouveaux acteurs de la formation professionnelle que sont les OPCO (OPérateurs de COmpétences). Opérateur auprès desquels les entreprises de moins de 50 salariés peuvent solliciter les fonds mutualisés afin de pouvoir financer (tout ou partie) les actions de formations de leurs salariés. Les montants financés par les OPCO varient en fonction de votre branche professionnelle et les demandes doivent respecter des critères précis.

Il existe 11 OPCO dans lesquels se répartissent 329 branches professionnelles :

OPCOmmerceOPCO ATLASOPCO AFDASUniformation (L’OPCO de la cohésion sociale)OPCO EP (Entreprises de Proximité)AKTO OCAPIATOPCO 2iConstructysOPCO MobilitéOPCO SANTE (UNIFAF)

C’est le numéro à 4 chiffres IDCC qui détermine l’OPCO compétent pour votre secteur d’activité.

Quant aux travailleurs non-salariés, ils peuvent solliciter différents organismes suivant leur profession :

  • AGEFICE (www.agefice.fr) finance les formations des dirigeants non-salariés des secteurs du commerce, de l’industrie et des services.
  • FIFPL (www.fifpl.org) est le Fonds Interprofessionnel de Formation des Professionnels Libéraux (à l’exclusion des médecins).
  • FAF PM (www.fafpm.org) est réservé aux médecins ayant un exercice libéral et à leur conjoint collaborateur.
  • Chambre des métiers de votre région pour tout professionnel non salarié (artisan) inscrit au répertoire des métiers.
  • FAF PECHE (www.spppcm.fr) pour les dirigeants non-salariés du secteur de la pêche et des cultures marines.

 

Le FNE-Formation : (Employeurs)

 

Le FNE-Formation est un dispositif qui existe depuis plusieurs années et qui a été particulièrement renforcé dans le cadre de la crise sanitaire (Covid-19) que nous traversons actuellement. Ce dispositif permet une prise en charge de la formation des salariés d’une entreprise en supplément du budget annuel habituel de l’entreprise, dans le cadre d’une mutation économique. C’est un accord entre l’État (la Direccte), ou l’OPCO qui la représente, et l’entreprise en situation d’activité partielle afin de développer les compétences de leurs salariés

Votre entreprise est en activité partielle ? Contactez-nous pour vous bénéficier de ce dispositif. 

 

L’AIF (Aide Individuelle à la Formation) pour les demandeurs d’emploi :

 

Dans le cas où vous n’auriez pas de budget CPF disponible, vous pouvez vous rapprocher de votre conseiller Pôle Emploi afin d’obtenir un financement pour votre formation avec l’Aide Individuelle à la Formation (AIF). Audavia est référencé auprès de Pôle Emploi permettant l’éligibilité de nos formations à ce dispositif pour former les demandeurs d’emploi.

Pour plus d’informations sur l’AIF, vous pouvez aussi cliquer sur le lien ci-dessous :

https://www.pole-emploi.fr/candidat/en-formation/mes-aides-financieres/laide-individuelle-a-la-formatio.html

 

En conclusion, que ce soit votre conseiller OPCO, Pôle emploi ou l’un de nos consultants Audavia, c’est toute une équipe de professionnels de la formation et d’experts qui sont là pour vous conseiller et répondre à vos questions.

 

Pour tous renseignements complémentaires, contactez-nous au 0805 690 063 (appel gratuit) ou par e-mail(info@audavia.fr).

SCRUM PNG

Connaissez-vous Scrum.org ?

SCRUM PNG

Les certifications Scrum.org valident et certifient la bonne connaissance et maîtrise de Scrum, un cadre de travail pour le développement de produits complexes. Cette boite à outils, aussi appelée framework, répond aux principes Agiles. Née vers 1987, Scrum est aujourd’hui le cadre le plus utilisé dans le monde Agile. C’est en 2009 que Ken Schwaber et Jeff Sutherland ont créé les certifications Scrum.org.

Qu’est ce que Scrum ?

 

Scrum est un cadre de travail (framework) au sein duquel les acteurs peuvent aborder des problèmes complexes et adaptatifs, en livrant de manière efficace et créative des produits de la plus grande valeur possible.

Fondée sur une théorie du contrôle empirique, dynamique et participative, elle suppose que la connaissance vient avec l’expérience et les décisions doivent se baser sur des faits reconnus. Le cadre Scrum va chercher à améliorer un produit, une équipe et/ou un environnement de travail. Pour cela, chacun dispose d’un rôle et chaque rôle a un but bien précis essentiel au succès. On peut comparer le cadre Scrum au fonctionnement d’une équipe de Rugby. Chaque membre sait ce qu’il doit faire et  doit savoir se réorienter à tout moment, de manière collective et réactive afin d’assurer la réalisation de l’objectif, dans notre cas : la création du produit ou son amélioration.

Les rôles :

-        Le Scrum Master : Il a pour rôle de s’assurer l’application et la compréhension du cadre par les membres de l’équipe. Véritable chef d’orchestre, il supervise la mise en œuvre du projet selon les règles Scrum qu’il maîtrise à la perfection.

-        Le Product Owner : Il a la vision du produit final. Il assure une interaction régulière avec l’équipe de développement afin d’assurer le lien. Il s’assure que le développement respecte les priorités, il corrige et affine les fonctionnalités du produit.

-        Les Developers : équipe pluridisciplinaire qui fait appel à toutes les compétences nécessaires à l’élaboration du produit. Ils transforment les besoins définis en amont par le client en fonctionnalités utilisables.

 

C’est le lien entre les différents acteurs (rôles) et l’articulation autours d’évènements et artefacts qui garantira le succès d’un Sprint. Le « Sprint », est la phase de développement du produit. Elle est volontairement délimitée dans le temps (souvent entre 2 et 4 semaines) et est rythmée par des réunions quotidiennes. C’est une période qui doit donner naissance à une version fonctionnelle et terminée du produit. Afin d’optimiser les chances de chaque Sprint, Scrum propose 4 étapes fondamentales :

-        La planification (Sprint Planning) : première étape qui précède le Sprint. Elle permet à l’ensemble de l’équipe de prendre possession des tâches à accomplir, des objectifs et de mettre en place l’organisation générale du Sprint à venir.

-        La mêlée quotidienne (Daily Scrum) : réunion quotidienne qui n’excède pas 15 min. Elle a pour objectif de s’assurer du bon fonctionnement du projet, la synchronisation entre les différents membres et éventuellement la réorientation des travaux si besoin.

-        La revue (Sprint Review) : étape post-sprint qui permet de réaliser un bilan entre tous les membres de l’équipe et le client pour valider ce qui a été réalisé pendant le Sprint.

-        La rétrospective (Sprint Retrospective) : réunion interne à l’équipe Scrum afin de faire le point sur l’organisation générale. Elle permet de déterminer les points forts et points faibles à améliorer pour le Sprint suivant.

 

Les règles Scrum se fondent sur trois valeurs piliers : la transparence, l’inspection et l’adaptation.

  1. La Transparence va permettre à l’ensemble de l’équipe, des inspecteurs et du client de bien se comprendre à tout moment. Pour cela, on impose un langage commun à ceux qui prennent part au projet. Une définition commune du « fini » est également indispensable pour évaluer le succès du Sprint.
  2. L’inspection se caractérise par une surveillance régulière de l’avancée du projet afin d’éviter toute sorte d’écart et le cas échéant de recentrer le travail.
  3. Enfin, en cas d’écart ou si l’élaboration d’une meilleure version du produit s’impose, l’équipe doit pouvoir s’adapter individuellement et collectivement.

 

 Scrum.org :

 

Les certifications Scrum.org ont pour objectif d’apporter des règles de travail au cadre Scrum de plus en plus utilisé, basé sur une organisation et des principes forts. Lui-même utilisateur Scrum, il était souvent confronté à des situations durant lesquelles les règles n’étaient pas correctement appliquées. En développant ces certifications, il permet d’assurer que les membres de l’équipe aient non seulement une certification mais surtout un niveau de maîtrise Scrum indispensable à la bonne réussite des projets.

 

Les principales certifications pour les différents rôles qui composent une équipe Scrum sont les 3 suivantes :

-        Professional Scrum Master : 3 niveaux de certification (Fundamental, Advanced and Distinguished). Validation de la maîtrise du cadre Scrum et de la capacité à la faire appliquer

-        Professional Scrum Product Owner : 3 niveaux de certification (Fundamental, Advanced and Distinguished). Validation de la maîtrise du cadre Scrum et de la vision produit et ce qui en découle : backlog produit et son management, mise en place de stratégie commerciale et savoir travailler avec l’équipe de développer autour de ses axes.

-        Professional Developer : Validation de la maîtrise du cadre Scrum et des connaissances et techniques qui entourent la création de produit.

 

Audavia peut vous accompagner pour la préparation de ces certifications.

Sachez qu’elles sont d’ailleurs éligibles CPF.

 

N’hésitez pas à nous contacter…
 Pour plus d’informations, contactez-nous par mail (info@audavia.fr) ou par téléphone au 0805 690 063 (appel gratuit) 

 

 

 

businesswomen-businesswoman-interview-meeting-70292

Demandeurs d’emploi, salariés : comment vous démarquer ?

Les effets de la crise sanitaire actuelle engendrent malheureusement une crise économique exceptionnelle. En effet, de nombreuses entreprises ne vont pas survivre à cette baisse forcée d’activité, les obligeant à mettre la clé sous la porte et leurs salariés au chômage. Rien qu’au mois de Mars, nous parlions déjà de près de 250 000 chômeurs de plus en France. Cependant, certaines entreprises résisteront mieux que d’autres en fonction des secteurs d’activité.

businesswomen-businesswoman-interview-meeting-70292

Dans ce contexte, quelles sont les solutions pour se démarquer et se donner un maximum de chances en augmentant son taux d’employabilité ou d’évolution ?  La réponse ci-dessous :

Développer ses compétences pour évoluer

Que vous soyez à la recherche d’un emploi ou en quête de nouvelles responsabilités vous allez devoir mettre en avant vos compétences pour séduire votre (futur) employeur.

Sur un marché aussi concurrentiel que celui de l’emploi, toutes les solutions peuvent être envisagées et celle d’investir dans la formation courte est surement la meilleure. En effet, lorsqu’il s’agit d’une évolution vers un nouveau post, il est question de démontrer que non seulement vous disposez des compétences requises, mais idéalement de connaissances plus larges. Faire le choix de la formation c’est mettre un maximum de chances de son côté. Le recruteur ou l’employeur qui est à la recherche du candidat idéal se tournera vers celui qui lui proposera un niveau de compétences indiscutable et qui aura ce petit « truc » en plus. C’est pourquoi, valider une certification ou une formation avec Audavia, c’est répondre aux besoins des recruteurs.

Anti-programmes standardisés, nous consultants en formation vous accompagnent sur un plan de formation qui répond aux objectifs que vous vous êtes fixés. Nous évaluons ensemble vos compétences déjà acquises et analysons vos besoins pour répondre à vos ambitions professionnelles. A l’écoute de vos envies et de votre budget, nous vous proposerons un programme clé en main, sur mesure, pour maximiser vos chances de recrutement. Dans le cadre d’une recherche d’emploi, nous vous recommanderons de sanctionner vos formations par des tests de certification afin de pouvoir valoriser votre CV.


Un projet de reconversion ou pourquoi pas de création d’entreprise ?

La période vous aura peut-être poussée à vous lancer dans ce projet qui vous trottait dans la tête depuis un petit moment : un reconversion ou la création d’entreprise, voire les deux en même temps. Félicitations, un bien joli projet vous attend. Un projet qui va vous demander des connaissances dont vous ne disposez peut-être pas encore.

L’idée, c’est bon vous l’avez.
L’envie ? Là aussi, ça fait des mois que vous y pensez : cette fois c’est la bonne.
Par contre, l’établissement d’un business plan ? La maîtrise de la gestion d’une entreprise ? Établir une stratégie digitale ? …

En effet, la création d’entreprise est un projet qui demande des compétences plus larges que celle du métier vers lequel vous vous orientez. Un métier qui exigera peut-être aussi une certification ou un diplôme. Bref, vous l’aurez compris, il existe de multiples raisons de passer par la formation courte pour assurer la viabilité de votre nouveau projet. Dans le cadre de la création d’entreprise, nous proposons une série de formations, adaptables à vos besoins spécifiques lié à votre secteur d’activité, éligibles CPF.

Il en est de même avec la reconversion qui bien souvent, exige le passage d’une formation pour valider des acquis de base. Nos coachs de carrière peuvent vous aider dans cette réflexion, avec pourquoi la réalisation d’un bilan de compétences ? (lien) Quelque soit votre situation et projet, l’essentiel est de trouver sa voie afin de s’épanouir professionnellement.

Pour tous renseignements complémentaires, contactez-nous au 0805 690 063 (appel gratuit) ou par e-mail (info@audavia.fr).

woman-having-a-video-call-4031818

Covid-19 : adoptez les gestes barrières au travail !

 

woman-having-a-video-call-4031818

 

Pour nous, occidentaux du XIXème siècle cette crise sanitaire est sans précédent. Elle perturbe nos habitudes personnelles et professionnelles. Elle nous oblige à repenser nos modes de vies et à s’adapter pour une durée encore indéterminée. Quelques mois, années et pourquoi pas pour toujours ?

D’un point du vue professionnel, il est légitime de se poser la question de son retour au bureau et les règles d’hygiène mises en place en entreprise.

 

Quels sont les risques pour l’entreprise, en cas de pandémie ?

L’entreprise est un lieu d’échange, de partage et de proximité. Pas idéal dans un contexte de pandémie. En effet, un virus comme le covid-19 se transmet avec une telle facilitée que les risques liés à la proximité dans les bureaux nous paraissent évidents.

D’une manière générale, le virus se propage lors de sécrétions et peut avoir une durée de vie de plusieurs heures sur les textiles, les plastiques, le verre ou encore l’aluminium.

Gestes culturels pour se dire bonjour le matin, contacts avec les outils de productions, poignées de portes, interrupteurs de lumières, boutons de l’ascenseur, et même téléphones ou claviers d’ordinateurs sont autant de zones à risques qui transforment l’entreprise en un véritable Jumanji ! Les défis pour le chefs d’entreprise sont donc nombreux pour rendre le lieu de travail sain et sans danger pour les collaborateurs.

Des risques qui peuvent entraîner des conséquences directes pour l’entreprise :

  • Psychologiques : de nombreux salariés sont angoissés par les potentiels risques liés à la proximité. Un confinement qui peut créer une peur de l’autre, de la méfiance et engendre un climat de tension.
  • Économiques : la baisse d’activité de l’entreprise sans salariés au travail pourra avoir des conséquences dramatiques sur la survie de cette dernière.

Comment protéger et rassurer ses salariés sur leur lieu de travail ?

Il existe toute une liste de mesures dîtes « barrières », qui s’accompagnent de gestes simples afin de sécuriser au mieux ses salariés.

Voici les gestes barrières que chacun devrait appliquer :

  • Lavez-vous les mains toutes les heures avec du gel hydro-alcoolique pendant au moins 30 secondes. Pensez à bien nettoyer vos doigts, les paumes, les ongles et le dessus de vos mains.
  • Maintenez un mètre entre vous et chaque individu surtout s’il y a communication verbale. Évitez tout contact physique avec les autres salariés.
  • Ne prêtez pas d’objet ou n’acceptez pas de crayon, téléphone, clavier … sans les avoir désinfectés au préalable. Pensez plutôt à prévoir et utiliser votre propre matériel pour la journée.
  • Ne pas laisser d’affaires personnelles au bureau le soir.
  • Lavez-vous les mains avant et après l’ouverture d’une porte, mais aussi à chaque fois que vous serez au contact d’éléments que d’autres sont amenés à toucher. N’hésitez pas à utiliser des gants à usage unique pour ce type de situation.
  • Portez un masque jetable ou lavable en respectant les durées de protections respectives.
  • Éternuez dans votre coude et à distance de tout individu.
  • Utilisez des mouchoirs jetables.

Les mesures à prendre par l’entreprise :

  • Mettre à disposition des masques, des produits désinfectants et du gel hydro alcoolique.
  • Baliser les bureaux pour aider les salariés à conserver des distances entre eux. L’entreprise peut avoir recours à du scotch, des barrières métalliques, du plexiglass ou même du film plastique.
  • Faire appel à une équipe de nettoyage plusieurs fois par jour pour désinfecter les bureaux.
  • Ne pas organiser de réunion dans des espaces exigus ou ne permettant pas de respecter les distances sociales.
  • Ne pas imposer de déplacements et rendez-vous qui ne seraient pas indispensables.
  • Proposer quelques jours de télétravail lorsque cela est possible pour limiter le nombre de salariés dans les bureaux.

Et surtout que vous soyez chef d’entreprise ou salarié, n’hésitez pas à faire preuve d’imagination pour maintenir le lien entre les salariés malgré les distanciations sociales (cf : notre dernier article sur le management à distance).

 

 

Pérenniser le management à distance

crowd-reflection-color-toy-1679618

Après vous avoir parlé de télétravail la semaine dernière, il nous semblait logique de vous informer sur les bonnes pratiques de management à distance. Le succès d’un télétravail épanoui et productif est en effet dépendant du management qui l’encadre.

 

Le management et son évolution

Apparu sous la forme d’une organisation scientifique du travail à l’époque de Taylor, le Management a beaucoup évolué au fil des années, suivant les crises économiques et les révolutions industrielles, digitales et humaines. Il est le lien déterminant entre la force de production et la direction d’une entreprise.

A ses débuts, le management a un objectif plutôt simple : optimisation du rendement de l’entreprise. En se basant sur des principes scientifiques et des calculs précis autour de la production, les têtes pensantes de l’époque ne tenaient pas vraiment compte de l’humain. A cette époque le Management impose une organisation qui rythme le temps de travail et permet de bien définir le rôle de chacun. Il est perçu comme un véritable bon dans la modernisation des méthodes de travail. C’est petit à petit que le management va devenir ce qu’il est aujourd’hui en rajoutant la valeur humaine à l’équation. Et si le bien-être au travail nous parait aujourd’hui comme un élément déterminant de l’efficacité et la productivité, il n’en a pas toujours été ainsi.

 

Les enjeux du management

Le management en contact direct avec ses équipes n’est déjà pas simple, alors qu’en est-il à distance ? En effet, aujourd’hui le rôle du manager est de s’assurer que ses équipes soient au fait de leurs missions, que les process soient bien adoptés par tous mais aussi et surtout que ses équipes soient motivées !

Le job de Manager a en effet beaucoup évolué avec les années. Même s’il est toujours défini comme un chef d’équipe qui fait le lien entre les équipes et la direction, il a vu ses méthodes évoluer au même rythme que les valeurs humaines se sont imposées dans les entreprises. La rentabilité et le rendement restent des notions importantes mais cela ne doit plus être au détriment de l’humain. Ainsi, le manager moderne est un travailleur engagé dans la réussite de l’entreprise, proche de ses équipes et doté de charisme et de valeurs humaines. Pas simple me direz-vous de trouver cette perle rare ! Et pourtant, il en existe de plus en plus et ils sont les garants d’un climat de travail épanouissant et valorisant pour les salariés.

Les techniques de management ainsi que la physionomie de ses équipes évoluent avec le temps ce qui rend la mise en place de formations courtes et régulières presque indispensable à la réussite de la mission du manager. Ces formations vont permettre au Manager de découvrir régulièrement de nouvelles approches et méthodes, mais aussi de savoir s’adapter à de nombreuses situations comme la gestion des nouvelles générations.

En effet, l’une des clés de réussite du Management c’est la proximité avec les membres de son équipe. Bien connaître chaque membre est indispensable : qualités, défauts, missions, lieu de travail, organisation, etc… . C’est pourquoi, l’apparition aussi soudaine du travail à distance (télétravail) peut être un défi pour le manager. Comment rester proche lorsqu’on est loin ?

 

Nos conseils pour assurer un management efficace et pérenne à distance

Après avoir lu différents ouvrages, entendu des témoignages et avoir échangé sur le sujet avec certains de nos experts, voici quelques astuces et conseils pour pérenniser votre management à distance :

1°- Recommander à vos équipes d’installer un cadre de travail chez eux avec un bureau, un coin calme et isolé du reste de la vie de famille.

2°- Maintenir les règles de bienséances en commençant par se dire bonjour et en terminant la journée en se saluant. Ce petit geste qui peut paraître un peu dérisoire va vous permettre de maintenir une relation humaine avec vos équipes. Si on les supprime, il ne reste plus que les relations de travail et cela peut provoquer de l’agacement.

3°- Instaurer un climat de confiance. En effet, le défaut principal du manager à distance peut-être de trop contrôler ce que fait ses équipes. De vouloir absolument compter les heures ou mesurer la productivité. Vos équipes ne seront que plus motivées par votre confiance !

4°- Utiliser les derniers outils de communication numérique pour garder le contact. Echanger régulièrement en visio permet de garder une certaine proximité. Le téléphone est plus impersonnel. Attention toutefois de ne pas abuser de cet outil qui peut être considéré comme un peu intrusif pour certains.

5°- Prendre le temps de commencer les réunions et les calls par une prise de température de l’état d’esprit de chacun. Quelques minutes d’échanges sur des sujets non relatifs au travail vous permettront d’évaluer l’état d’esprit, le moral de vos troupes.

6°- Instaurer des règles de bonnes conduites comme le respect des horaires de travail pour se contacter, s’engager à se rappeler dans les 30 minutes, demander des rapports d’activité réguliers, proposer des réunions d’équipe et individuelles pour maintenir l’engagement.

7°- Ne pas hésiter à faire preuve d’imagination ou à sortir de sa zone de confort pour surprendre et garder le lien. Pensez par exemple à proposer la formation pour valoriser ce temps d’activité modéré, ou à proposer des réunions virtuelles non professionnelles pour remplacer la pause-café pendant lesquelles tout le monde se libère l’esprit.

N’hésitez pas à nous contacter pour discuter de nos formations en management qui vous aideront à maintenir le lien avec vos équipes.

woman-in-grey-jacket-sits-on-bed-uses-grey-laptop-935743

Télétravail : entre découverte de libertés et désillusions

Vous en rêviez, la crise sanitaire l’a fait !

Blague à part, la période que nous traversons depuis deux mois a permis à certains de découvrir les avantages et les inconvénients de ce mode de travail qui semble se généraliser. Entendons-nous bien, la rapidité avec laquelle les entreprises ont dû s’adapter pour placer leurs salariés en sécurité à domicile, n’a souvent pas permis de garantir des conditions de travail optimales. Cependant, nous avons souhaité nous servir de cette actualité pour vous éclairer sur un mode de travail qui pourrait prendre une place de plus en plus importante dans nos vies professionnelles.

woman-in-grey-jacket-sits-on-bed-uses-grey-laptop-935743
Le télétravail : ce que les salariés imaginent

Pour les salariés, en général, le télétravail rime avec luxe des indépendants et entrepreneurs. C’est la possibilité : de travailler tout en passant la journée avec son chien et son chat, de faire des pauses au grand air ou de pouvoir profiter de ses enfants le midi plutôt que de les mettre à la cantine.
Vous pourrez aussi organiser vos journées comme vous le souhaitez ! Les matinaux peuvent se mettre au travail dès 7h et finir en milieu de journée ; quand les autres prennent leur temps le matin et finissent leur journée après le dîner.
Mais surtout, pas besoin de subir les blagues un peu vaseuses de Patrice le matin à la machine à café, le regard plein de jugement de votre collègue lorsque vous entamez une tablette de chocolat à 11h ou même d’avoir à justifier les 5 pauses toilettes pour passer 5 min sur Instagram !

Le télétravail : ce que les employeurs imaginent

Évidemment, là encore, on fera une généralité vous l’aurez compris !

Avant que le Covid-19 n’apparaisse dans nos vies (et s’il veut disparaitre cela nous ira aussi !), pour un grand nombre d’employeurs, le télétravail était synonyme de :

  • Comment vais-je surveiller que les heures soient bien faites ?
  • Comment puis-je vraiment contrôler l’avancée des projets au quotidien ?
  • Si mon employé ne me voit pas quotidiennement, qu’en sera-t-il de son attachement à    l’entreprise ?

Bref, l’inquiétude principale pourrait se résumer à : comment garder le lien et manager mes salariés à distance ?

Le télétravail : ce que c’est vraiment !

Bon, arrêtons un peu les caricatures ! En effet, aujourd’hui de plus en plus d’employeurs font confiance à leurs salariés placés en télétravail, et ont bien compris les avantages de cette solution. Les salariés aussi savent bien que même si cela apporte une certaine liberté d’organisation, cela implique aussi une rigueur et une motivation indispensable pour que cela fonctionne. D’ailleurs, précisons que le télétravail n’implique pas forcément 5 jours à la maison. Cela peut-être que 1, 2 ou 3 jours par semaine. C’est souvent le meilleur compromis pour apporter autonomie aux salariés et conserver le lien avec l’entreprise. Faisons le tour ensemble des avantages et inconvénients pour chaque acteur :

Pour les salariés, un télétravail bien préparé et organisé (comme par exemple : (un bon accès internet, un ordinateur assez puissant pour gérer les gros dossiers, un espace de travail délimité à son domicile…) permet :

  • Un gain de temps non négligeable : pas de temps perdu dans les transports.
  • Un gain de productivité : par exemple pas de collègues trop bavards alors que vous avez une grosse présentation à rendre le lendemain. Sans les dérangements liés au travail en équipe, 1h à la maison vaut souvent 2h au bureau ! Si, bien entendu, les enfants ne sont pas là pour perturber ;-)
  • Un gain en autonomie et rigueur : ce sont d’ailleurs les clés de la réussite du télétravail. L’employeur en accordant sa confiance au salarié, le valorise et lui confère une liberté qui améliore le sentiment d’épanouissement et de reconnaissance. Attention au revers de la médaille car la confiance peut vite se briser, si le salarié, enivré par sa liberté en oublie ses engagements.

Sachez tout de même que se retrouver seul chez soi, avec comme seul « ami » son ordinateur, peut parfois être difficile à gérer pour le salarié. Le contact humain et l’échange peuvent parfois manquer. L’isolement est l’une des raisons principales pour laquelle les salariés mettent fin au télétravail.

Pour l’employeur, la confiance qu’il accorde à ses employés peut réellement l’aider :

  • À garder un lien fort avec eux qui lui en seront reconnaissants. Un salarié épanoui est un salarié productif et fidèle.
  • À améliorer la productivité de l’entreprise.
  • À diminuer les frais de l’entreprise (loyer, matériel, chauffage, électricité …).
  • À améliorer son image.

Proposer le télétravail c’est aussi l’occasion pour l’entreprise d’ouvrir des postes à des salariés en situation de handicap qui n’auraient peut-être pas eu accès à l’entreprise autrement.

En résumé, le défi principal restera pour l’employeur de réussir à faire confiance à ses équipes à distance.

Le télétravail : ce que la formation professionnelle en pense

Chez Audavia, la majorité de nos formations sont en présentiel car nous avons pu constater que le rapport en face à face avec le formateur permet une meilleure acquisition des nouvelles compétences. Cependant, nous avons su, main dans la main avec nos experts, adapter nos méthodes pédagogiques et rendre les formations à distance les plus performantes possibles afin de répondre à d’autres besoins ou contraintes. En résumé, que vous soyez en télétravail ou au bureau, nous continuons à dispenser des formations sur mesure de qualité pour votre plus grande satisfaction !

En conclusion, nous constatons que l’urgence de ces derniers mois a accéléré la mise en place du télétravail pour bon nombre de salariés et pas toujours dans les meilleures conditions. Cette situation aura été enrichissante pour tous. En effet, cela a permis à certains employeurs de réaliser que le travail à distance était un peu comme une relation de couple. Pour que cela fonctionne il faut de la confiance, de la communication et aussi de la souplesse ! Quant aux salariés, certains ont réalisé que le travail à domicile n’était pas toujours facile et impliquait une organisation sans faille grâce à une bonne dose de rigueur !

 

N’hésitez pas à partager avec nous votre expérience du télétravail, afin que nous puissions constamment répondre à vos attentes au-travers de nos formations à distance.

 

 

 

 

unnamed (2)-2

Audavia adopte la Breizh Attitude dans le 29

unnamed (2)

Comme nous vous l’avions annoncé sur les réseaux sociaux il y a deux mois, nous sommes fiers et heureux d’avoir ouvert une nouvelle agence à Quimper en début d’année. Certes ce n’est pas le meilleur des timing, mais peu importe, ce n’est pas ce fameux Covid-19 qui va nous empêcher de rester proche de vous !

La Bretagne ok, mais pourquoi ?

La Breizh’ Agence d’Audavia c’est le fruit d’une réflexion commune et d’un projet personnel :

> La réflexion commune - c’est indéniable, la région Bretagne attire de plus en plus et la nouvelle génération entrepreneuriale est en route.  L’économie bretonne se développe et par conséquent, les besoins en formation aussi. Riches des valeurs des anciens et forts d’une soif insatiable de valoriser leurs savoir-faire, les bretons ont le vent en poupe et ne manquent pas d’imagination.

> Le projet personnel – Après 10 ans de vie entre Bordeaux et le Bassin d’Arcachon, Marie-Philippine LEFEVRE, en charge du développement d’Audavia Bretagne, a eu envie de changer de vie pour s’installer dans le Finistère. C’est à Pont l’Abbé, capitale du pays Bigouden qu’elle pose ses valises, entre mer et nature, inspirée par le dynamisme local. C’est donc au mois de Janvier qu’elle s’installe et commence à travailler avec l’équipe Audavia sur l’ouverture d’une agence dans le Finistère.

Audavia Bretagne, une agence au carrefour de l’économie locale

Bureau Quimper

Nos formateurs se déplacent également au sein de votre entreprise pour réaliser la formation, voire même à domicile ou à distance. Et oui, la crise a eu cet effet positif d’optimiser nos méthodes pédagogiques pour s’adapter à la situation mais aussi à vos besoins.

Notre objectif ? Proposer des formations sur tout le territoire breton et pourquoi pas même sur la région nantaise.

D’ailleurs Nantes Bretagne ou non ?

Quand les OPCA deviennent des OPCO

Les OPCA deviennent des OPCO

Depuis le 1er avril 2019, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés) ont laissé la place à 11 nouveaux acteurs de la formation professionnelle via les OPCO (Opérateurs de Compétences). Qui sont-ils ? Qu’ont apporté ces changements ?

OPCO

Rappel : qu’est-ce qu’étaient les OPCA ?

Il s’agissait d’Organismes Paritaires Collecteurs Agréés, autrement dit des structures associatives dont le rôle principal était de gérer la collecte effectuée auprès des entreprises pour la formation professionnelle et sa redistribution sous forme de budget formation.
L’OPCA était donc un interlocuteur central des entreprises en matière de financement de la formation et de la professionnalisation des entreprises.

Nouveauté : l’OPCO

Définition

C’est un Opérateur de Compétences. Son objectif principal est d’aider davantage les entreprises en simplifiant et en rendant plus claire l’accès à la formation professionnelle.

Rôles et missions de ces OPCO

  • Assurer le financement des contrats : d’apprentissage, de professionnalisation.
  • Accompagner les branches professionnelles, notamment pour :
  1. réaliser la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC),
  2. évaluer le niveau de prise en charge des contrats d’apprentissage et de professionnalisation,
  3. construire des référentiels de certification afin d’établir les capacités, les compétences, les savoirs exigés pour l’obtention de la certification souhaitée.
  • Encourager la transition professionnelle des salariés.
  • Proposer un accompagnement, d’une part, financier aux entreprises de moins de 50 salariés et d’autre part informatif aux salariés et employeurs en matière de formation professionnelle.

Les changements entre OPCA et OPCO

On peut répertorier 3 grands axes de différenciation :

  1. La gouvernance : un représentant du gouvernement assistera aux conseils d’administration de ces associations afin de mieux en comprendre le fonctionnement et les besoins.
  2. La redéfinition des rôles, évoquée ci-dessus.
  3. La quantité d’organismes, avec une réduction à 11 opérateurs.

Listing des 11 OPCO avec équivalence OPCA

  • OPCOmmerce (anciennement FORCO) : regroupant 21 branches, où on retrouve la distribution, le négoce, la photographie, le commerce de gros et au détail, etc.
  • OPCO ATLAS (regroupant la Fafiec et Opcabaia) : pour les secteurs de la banque, l’assurance, le conseil aux entreprises, les géomètres…
  • OPCO AFDAS : pour la culture, l’industrie créative, les médias, la communication, les télécommunications, le sport, le tourisme, les loisirs et le divertissement…
  • Uniformation: est dédié comme auparavant à de la cohésion sociale. Sont regroupés : les centres sociaux culturels, l’animation, les régies de quartier, la Sécurité Sociale…
  • OPCO EP Entreprises de Proximité (ex Actalians et Agefos PME) : pour les entreprises artisanales, des professions libérales et des services de proximité.
  • AKTO (ex ESSFIMO, FAFIH, Intergros et FAF-TT) : pour les services à forte intensité de main d’œuvre.
  • OCAPIAT (ex FAFSEA et Opcalim) : les secteurs concernés sont les Coopérations Agricoles, l’Agriculture, la Pêche, l’Industrie Agro-alimentaire et les Territoires…
  • OPCO 2i (ex 3+, OPCA Défi et également Opcalia) : regroupe les compétences de l’industrie, la métallurgie, l’électricité ou le pétrole et le textile, etc.
  • Constructys : consacré à la sphère du bâtiment, des travaux publics, du négoce de bois d’œuvre…
  • Mobilité : comme son nom l’indique pour les différents services de transports (maritime, aérien, ferroviaire), le tourisme et l’automobile.
  • Santé: regroupe les professions de la santé et médico-social.

Aujourd’hui les sociétés sont rattachées à un OPCO en fonction de leur activité principale déterminée par le ministère grâce au code IDCC à 4 chiffres, lors de l’établissement de la convention collective adéquate.
Cette transformation engendre de nombreux bouleversements dans le domaine de la formation professionnelle. Le passage des OPCA en OPCO a pour objectif de simplifier l’accès à la formation professionnelle, ainsi que les conditions de son financement. En effet, l’attribution d’un budget ne sera plus en lien avec le secteur ou les branches, mais identique entre les métiers et entreprises.

A savoir :

Jusqu’à la date d’entrée en vigueur des dispositions relatives à la collecte par l’Urssaf ou la MSA, et au plus tard jusqu’au 31 décembre 2020, les OPCO sont agréés pour collecter les contributions des employeurs au titre du financement de la formation professionnelle et de l’alternance.
Jusqu’au 1er janvier 2021, les OPCO s’assurent, lorsqu’ils financent une action de formation professionnelle et sur la base de critères définis par décret en Conseil d’État, de la capacité du prestataire de formation à dispenser une formation de qualité.

Pour tout renseignement complémentaires, contactez-nous au 0805 690 063 (appel gratuit) ou par mail

accompagner la création d'entreprise par la formation

L’aventure de la création d’entreprise

accompagner la création d'entreprise par la formationEn 2019, ce sont plus de 800 000 créations d’entreprises qui ont vu le jour en France. Il y a mille et une raisons d’entreprendre : reconversion professionnelle, changements familiaux, besoin de nouveaux challenges, recherche d’indépendance, désir d’accomplissement personnel, envie de créer son propre travail…
La réussite réside souvent dans la manière dont est mise en œuvre cette création d’entreprise. Chaque étape d’un tel projet professionnel est une marche de plus vers le succès. Rien ne peut vous garantir le résultat et la prospérité de votre projet, mais nous vous délivrons quelques conseils pour vous accompagner au mieux dans cette aventure :

Préparer son projet

La durée de cette phase est assez variable entre deux projets, parfois quelques mois ou dans certains cas, s’il y a des aspects très techniques par exemple, quelques années. La PATIENCE est donc une des qualités premières dans un lancement. Il faut laisser du temps au temps pour évaluer et affiner :

  • Les objectifs : financiers, personnels, de développement…
  • Le marché, avec un business plan réaliste
  • La stratégie, pour avoir un fil conducteur à suivre non seulement au lancement de votre activité, mais aussi pour accompagner son développement.

Définir les besoins

La création d’entreprise nécessite un projet solide avec différents paliers. Afin de pouvoir construire le plan il est indispensable d’en évaluer le coût : au lancement, à moyen terme ainsi qu’à long terme. Votre business plan est un outil indispensable à ces calculs, si possible le plus réaliste possible, voire en prévoyant une version avec des résultats un peu pessimistes au lancement, afin d’éviter les mauvaises surprises en termes de trésorerie.
Pour financer votre projet, différentes solutions s’offrent à vous : prêt bancaire, crowdfunding, investisseurs…

Savoir s’entourer

Que l’on créé une société, seul(e) ou avec un ou plusieurs associé(e)s, il est important de bien définir le type de prestataires qui vont, sur les mois/années à venir, vous conseiller et vous accompagner. Bien entendu, dans le cadre d’une association, il est indispensable de réfléchir aux objectifs, besoins et attentes de chacun. Afin d’éviter les déconvenues, mieux vaut prévoir que tous soient protégés par des accords officiels, comme un pacte d’associés.

Échanger, partager

Dans certains cas, même en ayant des collaborateurs, l’entrepreneur se trouve isolé et manque de ce fait d’informations ou de connaissances qui pourraient l’aider à mieux piloter son entreprise. Il est donc fortement recommandé de développer son réseau, de s’informer sur les rencontres et autres événements autour de entrepreneuriat ou du métier exercé, mais aussi de se former. Vous pouvez vous rapprocher de spécialistes de la formation ainsi que de votre Chambre du commerce et d’industrie, ou de votre Chambre de métiers et de l’artisanat

Avoir des outils de gestion

Piloter une entreprise, qu’elle soit individuelle ou collective, est un travail ininterrompu, qui nécessite d’être en permanence au plus près des aspects concrets de son évolution. Il est donc important de créer ou d’utiliser des tableaux de bord qui vous permettront de driver plus facilement les choses. Choisissez quelques indicateurs de performance qui vous permettront d’avoir une vue d’ensemble en prenant de la hauteur par rapport aux tâches quotidiennes, et surtout de prendre les meilleures décisions, même dans l’urgence.

Définir son ou ses pôles de compétences

L’erreur souvent commise par les jeunes entrepreneurs est de vouloir tout faire et de très peu sous-traiter, notamment pour faire des économies en période de lancement, ou parce qu’ils souhaitent tout contrôler de A à Z. Une entreprise, c’est avant tout une ou des personne(s). Ce potentiel humain doit être évalué :

  • commercial,
  • financier,
  • communiquant,
  • profil technique…

Chaque rôle doit être bien défini, afin que les besoins que l’expertise en interne ne permet pas de combler soit sous-traités. Le seul objectif doit être d’optimiser votre valeur ajoutée, votre temps et vos performances.
Malgré cette analyse des aptitudes, n’ayez pas peur de devenir pluridisciplinaire. En effet, la création d’entreprise nécessite souvent d’ouvrir ses champs de compétences pour mieux manager, créer, innover, investir… Il est donc souvent très utile de compléter son cursus par des formations :

Renseignez-vous pour être accompagné(e) au mieux dans le développement de votre projet !

Si on devait vous donner un dernier conseil avant que vous ne vous lanciez : tout est un juste dosage entre savoir-faire et savoir faire faire ! Veillez à être formé et informé en permanence pour mieux suivre et développer votre business.

Contact pour plus d’informations : 0805 690 063 (appel gratuit) ou par e-mail

communication-crise-covid

La communication : un outil précieux en temps de crise

communication-crise-covidNous vivons actuellement une période inédite en France et dans le monde. Certaines structures sont fermées, d’autres en activité réduite. Les crises comme celle dont nous faisons l’expérience, font partie, à différentes échelles, de la vie de la société et de ses entreprises.
Voici quelques astuces pour continuer à travailler sur votre visibilité en période de crise.

La communication interne

Souvent, le premier enjeu de l’entreprise face à un événement inédit ou problématique est de pouvoir garder le lien avec et entre ses collaborateurs et de continuer à impulser une dynamique de groupe. Dans le cas actuel et concret du confinement en France, il s’agit de :

  • Tenir les salariés informés des mesures prises et des raisons de celles-ci
  • Garder le lien, prendre des nouvelles, pour conserver l’investissement des équipes
  • Créer de la convivialité, au même titre qu’un événement d’entreprise, en prévoyant un temps dédié à l’échange informel pour maintenir la cohésion et ne laisser personne en difficulté. Vous pouvez proposer un rendez-vous récurrent autour d’un café-visio par exemple !

Bien communiquer auprès des membres de votre entreprise c’est assurer le bien-être de ces derniers, qui donneront également une bonne image de votre enseigne et de sa capacité à rebondir en cas de besoin.
Une fois que la stratégie dédiée à la communication auprès des collaborateurs est verrouillée, vous pouvez entamer la deuxième phase, la communication externe.

Communiquer auprès de ses clients en période de crise

Que ce soit dans le contexte actuel du coronavirus ou face à d’autres événements difficiles, il est important que l’entreprise adapte au plus vite son discours et sa communication sur les différents supports qu’elle possède.

Diffuser un message sur la situation de l’entreprise

Avant toute chose, il est nécessaire de faire un bilan de la situation, d’établir une liste des points à aborder pour en faire part à vos clients, partenaires, contacts et prospects.
Utilisez dans ce cas vos supports habituels : site internet, réseaux sociaux, newsletter… Le premier message envoyé doit être un constat avec les conséquences éventuelles pour la cible du message : « Face à la crise sanitaire du covid-19 nous sommes dans l’obligation, pour la sécurité de nos clients et collaborateurs, de repenser notre organisation. Nous vous tenons informés de la situation… »
Une fois que vous avez bien mesuré les conséquences et les enjeux pour votre entreprise, gardez le lien, c’est l’axe principal de votre communication. Voici quelques clés pour préparer au mieux vos messages :
- Une annonce claire et brève
- Un regard optimiste, tout en restant objectif et réaliste
- Des exemples concrets
- De la bienveillance

Se réinventer en période de crise

Malgré les nombreuses conséquences négatives que peuvent subir les entreprises ainsi que les clients dans des périodes telles que celle que nous vivons actuellement, il y a souvent une phase de recul. Passé l’orage, l’Homme, et donc les entreprises, ont une grande capacité d’adaptabilité.
Créer, inventer, innover… Autant de qualités qui vont vous permettre de rebondir et de le faire savoir: proposition de rendez-vous en visioconférence, inscription à des formations , création de nouveaux supports de communication… En faisant de la crise un temps de veille, de remise en question, vous ferez émerger des nouvelles choses, très positives, pour valoriser votre entreprise et ainsi COMMUNIQUER.
Vient ensuite la période de la reconstruction, qu’il faudra elle aussi veiller à valoriser dans votre stratégie de communication.

Relancer l’activité : un message fort

Une fois le cyclone passé, il faudra reprendre au mieux votre activité. Grâce au lien que vous aurez su conserver avec votre audience : réseaux sociaux, vidéos, échanges… vous pourrez plus facilement recouvrer le cours de la vie de l’entreprise, étant plus forts de cette expérience.

Quelle qu’elle soit, une entreprise passe toujours par des périodes atypiques, plus ou moins difficiles. L’essentiel réside dans le fait de garder le contact, d’être disponible pour vos interlocuteurs et surtout d’être transparents. La stratégie de communication est au cœur de ces problématiques et représente un outil incontournable pour pouvoir rebondir plus vite et dans de meilleures conditions.

N’hésitez pas à nous contacter au 0805 690 063 (appel gratuit) ou par e-mail

shutterstock_254322646

Le Bilan de Compétences : prenez conscience de votre valeur professionnelle !

shutterstock_254322646

« J’ai effectué mon bilan de compétences à un moment où j’avais un réel besoin de faire une pause professionnelle et de remettre tout à plat. Arrivé au terme du bilan, je ne peux que recommander cette démarche. Tout le travail effectué m’aura aidé à prendre conscience de ce que je vaux et reprendre confiance en moi. »  Antoine, 33 ans.

Que vous soyez comme Antoine avec un besoin de remise à plat ou un besoin de mettre du sens dans votre activité professionnelle ou encore un besoin de valider un projet qui vous tient à cœur, la démarche du bilan de compétences est faite pour vous ! Découvrez ci-dessous les conseils de Caroline Bijaque, experte en bilan de compétences et dirigeante de My First Agency.

Un bilan qui ne porte pas bien son nom

Comme son nom ne l’indique pas, un Bilan de Compétences est bien plus qu’un bilan de compétences. Oui bien sûr, il est indispensable de prendre conscience de ses savoirs, savoir-faire et savoir-être acquis et développés pendant toutes ces années d’expériences. Définir son portefeuille de compétences et l’analyser pour construire sa fiche de poste idéal fait partie intégrante du processus.

Pour en donner une définition plus précise, le Bilan de Compétences est une démarche de gestion de son évolution de carrière. Elle permet de se plonger dans une réflexion introspective, d’élaborer un nouveau challenge professionnel et d’enclencher la prise de décision et le passage à l’action.

Elle est organisée en 3 phases, peut durer jusqu’à 24h et alterne entre séances face à face et travail personnel.

  • Elle démarre avec la phase préliminaire pendant laquelle le coach pose le cadre, fixe avec son bénéficiaire l’objectif du bilan de façon SMART (Spécifique – Mesurable – Ambitieux – Réalisable – Temporel) t présente les documents de travail et les tests qui lui seront proposés.
  • La phase principale est ce qu’on appelle la phase d’investigation qui sera détaillée un peu plus bas.
  • Elle se termine avec la phase de conclusion durant laquelle le coach fait le bilan du bilan avec son bénéficiaire, valide le plan d’action ainsi que le document de synthèse.

Se reconnecter à soi pour mieux trouver sa place

La phase d’investigation est le cœur du Bilan et se décompose en 2 parties :

  • L’exploration de soi : en plus de traiter les compétences acquises et d’identifier le potentiel, permet de faire émerger ses motivations clés afin de mieux comprendre ce qui nous anime profondément. C’est le moment pour réactualiser son système de valeurs, de libérer les croyances qui nous limitent et de s’appuyer sur ses moteurs et également de mieux comprendre son mode de fonctionnement à l’aide de tests de personnalité et de motivation (Strong, Ennéagramme, StrenghtsFinder, 360°, RIASEC).
  • L’exploration du marché : elle permet de déterminer des pistes d’évolution professionnelle en adéquation avec notre identité. Rassembler des informations pertinentes sur le marché, rencontrer des professionnels vous permettra de déterminer avec votre coach un projet professionnel et/ou de formation motivant, réaliste et réalisable. Nous vous aidons également à booster vos outils de communication (CV, LM, LKD) et nous vous accompagnons sur la préparation de vos entretiens de recrutement (Pitch, Simulation).

Les « PLUS » d’Audavia

Chez Audavia, nous considérons le Bilan de Compétences comme une vraie démarche de coaching qui va vous permettre d’aller en profondeur pour ainsi trouver votre juste place sur le marché du travail. Tous nos intervenants sont des coachs professionnels certifiés et formés à la gestion de carrière. Ils ont chacun leurs spécificités et vous pouvez d’ores et déjà les rencontrer lors d’un entretien d’1h gratuit et sans engagement.

Le Bilan de Compétences est une formation en présentiel, également possible à distance et bien sûr éligible CPF. Alors il vous suffit de nous contacter par téléphone au 0805 690 063 (appel gratuit) ou bien par e-mail info@audavia.fr afin que nous discutions ensemble de votre besoin et votre budget.

Si vous mobilisez votre CPF (Compte Personnel de Formation), nous vous enverrons le lien pour vous inscrire directement via votre espace et quelques clics plus tard vous pourrez démarrer votre formation !

Contacts

 

woman-sitting-on-couch-3768158 (1)

Confinement, chômage partiel … c’est le bon moment pour apprendre une autre langue !

woman-sitting-on-couch-3768158 (1)

« Depuis quelques mois, la société qui m’emploi se développe et je suis de plus en plus amenée à échanger avec des collaborateurs anglophones. Mon niveau d’anglais actuel risque de me freiner dans mon évolution professionnelle au sein de cette société. » Valérie, 34 ans, Bordeaux.

De nombreux salariés se retrouvent régulièrement dans la situation de Valérie que ce soit en anglais ou une autre langue étrangère.

Ils sont motivés, connaissent parfaitement les ficelles de leur activité, mais leur niveau en langue étrangère ne suit pas l’évolution de leur entreprise. Le manque de temps et de budget sont souvent de bonnes excuses pour ne pas se former. Mais en ce temps de crise sanitaire, et avec l’accès personnel au CPF : plus d’excuses !

La formation à distance peut-être la solution !

Vous le savez, chez Audavia, nous privilégions la formation en face à face. Cependant, dans ce contexte de confinement, nous nous adaptons à vos besoins pour vous assurer qualité de formation et sécurité. En effet, nous vous proposons de suivre des formations sur mesure à distance avec nos coachs linguistiques tous natifs.

Les langues sont le sujet de formation par excellence qui peut être enseigné à distance sans pénaliser la qualité de l’enseignement. Nous ne parlons pas d’e-learning, mais bien de formation individuelle, avec un formateur qui adapte son programme à vos besoins via des outils de télécommunication tels que Skype, Google Meet, Hangouts, Teams, etc.

En fonctionnant ainsi, vous conservez le contact direct avec votre formateur pour un échange constructif comme en réel et vous organiser, avec beaucoup de souplesse, votre emploi du temps directement avec votre coach en fonction de votre nouvelle organisation dû de confinement.

Se former en langue avec Audavia, c’est prendre le temps de booster ses connaissances linguistiques, améliorer son niveau de confiance en soi pour des échanges avec l’international et s’offrir l’occasion de valider ces nouveaux acquis par un test reconnu par votre employeur et/ou les recruteurs (ex : TOEIC, BULATS Linguaskill, Bright Language, etc…).

Une formation sur mesure individuelle chez soi financée par votre CPF !

Non seulement, nous nous adaptons à vos besoins et à la situation particulière entraînée par le Covid-19, mais également à votre budget. Toutes nos formations en langues (Anglais, Italien, Espagnol, Allemand, Chinois, etc…) sont éligibles CPF.

Vous avez juste à nous contacter par téléphone au 0805 690 063 (appel gratuit) ou bien par e-mail info@audavia.fr afin que nous discutions ensemble de votre besoin et votre budget. A la suite de cela, nous vous enverrons le lien pour vous inscrire directement via votre espace CPF et quelques clics plus tard vous pourrez démarrer votre formation !

Bref, vous l’aurez compris : que votre projet soit tout simplement de valider votre niveau via un test reconnu, ou que vous souhaitiez épater votre N+1 lors de votre retour au bureau, Audavia a une formation linguistique pour vous !

 

Contacts

mon-compte-formation

Gonflez votre budget CPF grâce à vos heures de DIF

mon-compte-formation

Nous vous avions partager un article début février à ce sujet et nous souhaitons revenir ce jour sur ce sujet qui pourrait bien vous permettre de gonfler votre budget disponible sur votre compte CPF !

En effet, lors de la création de votre compte CPF vous découvrez directement un budget de formation disponible qui ne tient pas compte de vos heures de DIF.

Les heures de DIF sont les heures comptabilisées si vous étiez salarié(e) avant le 31 Décembre 2014. L’ancien système de droit à la formation permettait aux salariés de cumuler des heures à hauteur de 20h par an, pendant 6 ans maximum et donc avec un budget ne pouvant dépasser les 120h.

Ces heures peuvent être additionnées à votre budget CPF à condition de les saisir sur votre espace personnel avant le 31 Décembre 2020. Pour cela, il vous suffit de retrouver votre bulletin de salaire de Décembre 2014 ou de Janvier 2015, ou une attestation de droits au DIF fournie par votre employeur de l’époque, voir même sur votre solde de tout compte si vous avez quitté l’entreprise depuis.

Nous souhaitons attirer votre attention sur cette date car une fois passées, vos heures de DIF seront définitivement perdues !

Rappel :
Le compte CPF permet aux salariés d’accéder à la formation professionnelle librement grâce à un budget directement mis à leur disposition sur un compte personnel : https://www.moncompteformation.gouv.fr

En ce contexte de crise sanitaire et de confinement, nos formateurs s’adaptent en vous proposant des formations en visio-conférence. N’hésitez pas à nous contacter pour vous accompagner sur un projet de formation adapté à votre budget et à vos disponibilités.

 

Contacts 1

lingua-skills

BULATS devient LINGUASKILL

lingua-skills

Le Bulats (Business Language Testing Service) figurait parmi les certifications en langue les plus recommandées dans le cadre professionnel. Avec un test orienté business, il permet à chacun d’attester d’un niveau d’anglais bien connu des recruteurs lorsque l’on souhaite travailler sur le marché international.

Depuis Septembre 2018 un nouveau test, également conçu par l’Université de Cambridge est apparu : le Linguaskill. Après quelques mois de cohabitation, le Linguaskill prend désormais totalement le relais sur le BULATS. Avec de nombreux points communs, le Linguaskill apparaît comme une version modernisée du BULATS.

 Une modernisation au service de la précision

L’un des points fort de ce nouveau test est son adaptabilité à chaque candidat. En effet, le test Linguaskill adapte le niveau de ses questions au fur et à mesure du test pour affiner sa notation et mieux répondre au besoin des entreprises. Plus le candidat a de bonnes réponses, plus le niveau du test augmente et inversement. Ainsi, on obtient un test personnalisé qui limite les possibilités de fraudes puisque les questions d’adaptent au niveau de chacun.

Parmi les autres différences on va trouver les deux variantes de tests Linguaskill :

- Linguaskill Général qui comme son nom l’indique est plus généraliste.

Linguaskill Business, le plus proche de l’ancien BULATS, un test plus adapté au monde de l’entreprise.

On retrouve, comme avec le BULATS les trois modules suivants : l’épreuve de compréhension écrite et orale (1h à 1h20 sous forme de QCM), expression écrite (45 min autours de deux textes) et expression orale (15 min, au micro) ; qui peuvent être passés à la suite ou séparément.

Ce qu’il faut donc retenir c’est que l’incontournable certification BULATS a été remplacée par le Linguaskill, un test plus moderne, personnalisé et plus court ; toujours finançable avec le CPF et dont la formation fait partie du catalogue Audavia !

tosa

Les certifications TOSA – Éligibilité CPF

Les certifications TOSA : un large panel de formations certifiantes éligibles CPF.

Maîtriser les outils bureautiques, digitaux ou de codage mis à disposition par l’entreprise est un vrai défi pour la plupart des salariés. Le niveau requis sur certains logiciels peut même s’avérer être un enjeu d’embauche.

Les certifications TOSA, références en termes de certifications de compétences informatiques ou digitales, permettent de valider un score sur 1000 grâce à des méthodes d’évaluation scientifiques. Et en plus, elles sont éligibles au CPF via https://www.moncompteformation.gouv.fr en inscrivant AUDAVIA en bas à gauche sous « Nom de l’organisme », dans la page des résultats.

Cela signifie donc que toutes nos formations sur mesure sur les thématiques ci-dessous sont éligibles CPF, incluant gratuitement le passage de la certification TOSA de votre choix.
Les différentes compétences techniques certifiantes :

TOSA DESKTOP inclut des certifications sur les logiciels Microsoft comme Excel, Excel VBA, Word, PowerPoint, Outlook et Access mais aussi les logiciels libres de droit comme Writer, Calc ou Impress.

Image1

TOSA DIGITAL permet de certifier son niveau sur la suite Adobe (Photoshop, Indesign et Illustrator), Digcomp ou Autocad.

Image2

TOSA CODE s’adresse aux développeurs avec des évaluations de niveaux sur PHP, Java, C#, HMTL5 ou même Angular. A ce jour, seulement PHP est certifiant donc éligible CPF.

Image3

téléchargement

French Tech Bordeaux

téléchargement

Audavia intègre la French Tech Bordeaux !

Nous sommes très heureux de vous faire part de notre adhésion à la French Tech Bordeaux.

La French Tech est une initiative qui a été lancée par le Ministère de l’économie, de l’Industrie et du Numérique. avec pour ambition de fédérer et coordonner des actions en faveur de la croissance des start-up, mais également de détecter et accélérer les projets à « fort potentiel de croissance ».  Valoriser le rayonnement des savoirs faire sur tout le territoire Français mais aussi à l’international est un des axes principaux de cette mission.

En intégrant la French Tech Bordeaux, Audavia signe sa volonté d’innovation et son dynamisme sur le territoire bordelais, afin d’accompagner ces start-up dans la montée en compétences de leurs équipes au travers de la formation.

Nous ne manquerons pas de vous informer de notre actualité French Tech sur nos réseaux sociaux et nos newsletters.

facebooklogo-768x768 968ea62882943e88bbd318ae5fa67429

Ci-dessous : les membres de la French Tech Bordeaux

2019.12 - Cartographie French Tech Bordeaux 2_2

 

Sans titre

Community manager : un métier de réseaux

Sans titre
Être présent sur les réseaux sociaux est pour beaucoup un « loisir », mais pour certains c’est aussi… un métier ! On le nomme Community Manager. Quel est le profil des personnes qui occupent ce poste ? Quelles sont les perspectives d’évolution ? Comment s’y former ? Eléments de réponse avec Audavia…

Traffic manager, brand content manager, développeur web, UX manager… autant de métiers qui n’existaient pas ou peu il y a une quinzaine d’années et qui offrent aujourd’hui de réelles perspectives de carrière. On note des milliers de postes créés grâce à la montée en puissance du secteur du numérique. Parmi ces nouveaux métiers qui « crèvent l’écran » on retrouve également celui de Community Manager.

Née avec le développement du numérique, cette profession est aujourd’hui en plein développement. Certains l’exercent dans des agences de communication, d’autres dans des administrations ou des services marketing de grandes entreprises ou même de façon  externalisée. Certains, en CDI ou en CDD, d’autres sous le statut de freelance. Dans tous les cas, le Community Manager a pour mission de développer la visibilité d’une marque auprès de communautés sur Facebook, Twitter ou encore Instagram.

Quelles missions ?

Celui-ci a pour rôle de faire vivre, sur Internet, la marque ou l’entreprise pour laquelle il travaille. Pour cela, il va devoir identifier les réseaux sociaux sur lesquels il faudra être présent (en fonction des publics visés, des objectifs, etc.) puis animer sa communauté en « postant » du contenu, en échangeant avec les internautes, en créant du lien, en favorisant les échanges, etc. Véritable porte-parole, le Community Manager est également le « défenseur » de l’e-réputation de sa marque ou de son entreprise. Et pour cela, il mène un travail important de veille et est à l’affût de tout ce qui se dit sur elle.

Quelles compétences et qualités ?

Certes le Community Manager va travailler derrière son écran… Pour autant, il doit posséder de fortes qualités relationnelles. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il va être amené à être en contact « virtuel » avec de nombreuses personnes. Celles et ceux qui constituent la communauté de son entreprise. Il devra aussi posséder une excellence connaissance de la marque et une solide culture générale pour les informer, les intéresser (et donc se montrer créatif), répondre à leurs questions mais parfois également à leurs critiques. Bien entendu, s’intéresser au numérique et aux nouvelles technologies est plus que recommandé.  Pour un Community Manager la curiosité n’est pas un vilain défaut mais plutôt une qualité qu’il faut entretenir (tout évoluant très vite dans le monde du digital et des réseaux sociaux).

Quelles formations et quelles évolutions ?

Il existe peu de formations dédiées au métier de Community Manager. Le plus souvent, cette fonction est d’ailleurs proposée comme une option ou une spécialisation, dans le cadre d’un cursus plus large.

Souvent les Community Managers sont issus d’écoles de communication ou de commerce mais on retrouve sur le marché des professionnels aux profils très variés (la polyvalence étant une des forces du Community Manager). Bien entendu les personnes disposant de qualités rédactionnelles ou ayant déjà fait leurs preuves dans des métiers comme le journalisme ou l’écriture sont recherchées par les entreprises qui souhaitent recruter un Community Manager.
Après une première expérience dans ce rôle, il est possible d’évoluer vers des métiers comme celui de responsable de projet web, de responsable du digital ou encore de consultant en communication.

Il est également possible de se former aux différentes compétences du Community Manager grâce aux formations courtes dans le cadre de la formation professionnelle. C’est la solution idéale pour acquérir des compétences et un savoir-faire, en complément de son activité actuelle.

Bon à savoir : Réseaux sociaux

Contacts

comptabilité-finance_min2

Attention aux conséquences en 2020 de la loi du 05 Décembre 2018…

comptabilité-finance_min2

Avec l’ambition d’impliquer les salariés dans leur choix d’avenir professionnel, de nombreux changements sont apparus avec la loi du 05 Septembre 2018, à commencer par le passage des heures de formation en euros versés sur le Compte Professionnel de Formation (CPF).

Désormais, les entreprises d’au-moins cinquante salariés doivent s’assurer que ces derniers bénéficient des entretiens professionnels tous les deux ans et à minima d’une formation non obligatoire* (cf : L.6321-2).

Dans le cas où ces conditions ne seraient pas respectées, l’entreprise se devrait d’abonder le CPF de chaque salarié concerné, de la somme de 3000 €, et ce sans tenir compte du plafond maximum de 5000 € par CPF.

En conclusion, pour l’épanouissement professionnel des salariés, le développement de votre entreprise et éviter d’avoir à se confronter à ces pénalités, il est essentiel de s’assurer de la formation régulière de vos équipes.

N’hésitez pas à prendre contact avec nos consultants en formation, afin d’élaborer ensemble un plan de formation adapté à vos besoins et ceux de vos salariés.

*« une formation qui conditionne l’exercice d’une activité ou d’une fonction, en application d’une convention internationale ou de dispositions légales ou réglementaire ».

Besoin de plus d’explications ? Contactez-nous :

Contacts

 

banner-top

Formations professionnelles : quels atouts pour l’entreprise ?

5 BONNES RAISONS DE PROPOSER À VOS SALARIÉS DES FORMATIONS SUR MESURE

top-view-of-people-at-the-meeting-3184287

Un salarié heureux est un salarié plus motivé et plus efficace. Nombreuses sont donc les entreprises à se demander comment permettre à leurs collaborateurs de concilier travail, reconnaissance et bien être. L’une des solutions rime sans aucun doute avec… formation car toutes les études le démontrent : les entreprises qui mettent en avant l’accès à la formation, fidélisent leurs équipes, limitent le « turn over » de leur personnel et s’avèrent plus attractives.

Au-delà de vos obligations légales*, Audavia vous invite à découvrir 5 bonnes raisons de capitaliser sur la formation professionnelle quand on est une entreprise…

1 – GARDEZ UN TEMPS D’AVANCE

Nouvelles techniques, nouveaux logiciels, nouvelles réglementations… Quel que soit le secteur d’activité, les savoirs-faire pour exister et se différencier sur le marché évoluent rapidement et nécessitent la maîtrise de nouvelles compétences. Pourvoir compter sur des équipes parfaitement formées aux évolutions en cours et à venir mais aussi aux spécificités de votre métier est donc une nécessité pour votre entreprise. Mieux, un impératif qui vous permettra de garder une longueur d’avance.

2 – FIDÉLISEZ VOS COLLABORATEURS

Former vos collaborateurs bénéficie à vos équipes et vous permet une bonne gestion de vos ressources humaines, mais vous aide également à fidéliser vos clients et valider vos prospects. Cette démarche démontre votre volonté de développer et valoriser les talents individuels au sein de votre entreprise, au service de la force collective. Par ailleurs, pouvoir évoluer dans une société qui a fait de la formation de ses collaborateurs une priorité est une véritable source de motivation pour un salarié. Celui-ci va se sentir soutenu, encouragé et aidé dans l’évolution de sa carrière. Et quand on se sent bien et reconnu dans son entreprise, il n’y a « aucune » raison de la quitter.

3 – SÉDUISEZ DE NOUVEAUX TALENTS

 

Ce qui est vrai pour les personnes en poste dans votre entreprise l’est aussi pour celles et ceux qui souhaiteraient la rejoindre. En clair : une politique de formation dynamique est un facteur d’attractivité pour les candidats à l’embauche. Ainsi, les jeunes diplômés et les cadres sont souvent plus attirés par une entreprise qui propose de renforcer leurs connaissances et de développer leurs compétences professionnelles.

4 – RÉALISEZ DES ÉCONOMIES

 

Recruter un nouveau collaborateur représente un coût – parfois non négligeable – pour une nouvelle entreprise. Une dimension financière qui concerne particulièrement les PME et les TPE. Cependant, le recours à la formation professionnelle peut être parfois, un outil très efficace pour faciliter l’évolution professionnelle d’un collaborateur vers un nouveau poste et ainsi éviter un recrutement onéreux.

D’autant qu’il existe des dispositifs pour vous aider à financer les formations de vos collaborateurs (n’hésitez pas à contacter Audavia à ce sujet afin de mettre en place LA solution la mieux adaptée à vos besoins).

5 – SIMPLIFIEZ-VOUS LA VIE

 

Si la gestion administrative vous effraie, Audavia vous accompagne sur cette problématique de A à Z : soit en externalisant cette fonction dans sa globalité (planification du plan de formation de votre entreprise, gestion de vos obligations fiscales et administratives, gestion des demandes de formation de vos salariés, sélection des formations les plus adaptées, optimisation de votre budget formation, etc.), soit au-travers de conseils plus ponctuels dans la mise en place de certaines actions de formation.

* Obligation de l’employeur en matière de formation professionnelle https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23466

Publication Facebook beauté femme fond nude avec motif (1)

Besoin de plus d’explications ? Contactez-nous :

PARIS-BORDEAUX-2

reseaux-sociaux-expressions-allemandes

Top 5 des expressions idiomatiques allemandes

Expressions-allemandes

Top 5 des expressions idiomatiques allemandes :

1. Löcher in die Luft starren (fixer du regard les trous dans l’air) = Bailler aux corneilles

2. Alles hat ein Ende, nur die Wurst hast zwei (tout a une fin, seule la saucisse en a deux) = Toute bonne chose a une fin

3. Nur die Harten kommen in den Garten (seuls les forts entrent dans le jardin) = Seul le plus fort gagne

4. Das geht mir auf den Keks (ça me va sur le biscuit) = Cela me court sur le haricot

5. Das Leben ist kein Ponyhof (la vie n’est pas un club de poney) = Tout n’est pas rose dans la vie

hello-600 315

La certification langue étrangère, un atout pour l’emploi !

hello-600 315

Dans un monde mondialisé, maîtriser une ou plusieurs langues est un atout pour l’emploi. De plus en plus d’employeurs cherchent à recruter des personnes multilingues.

A compétences égales, le candidat maîtrisant une ou plusieurs langues sera, bien évidemment, privilégié.

Adzuna, le moteur de recherche d’emploi en ligne, présent dans 16 pays, a étudié l’importance des compétences linguistiques dans les postes proposés.

Il en ressort que près de 10% des offres d’emploi exigent la maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères et jusqu’à 15% en région parisienne.

Ces annonces offrent un salaire de 15% supérieur en moyenne !

Sans surprise, l’anglais est la langue la plus demandée (86.7%), ensuite vient l’allemand (7.4%) et l’espagnol arrive en troisième position (3.6%).

Les certifications en langues permettent au candidat de prouver son niveau à l’employeur :

-          Le TOEIC (Test Of English for International Communication)

Le TOEIC un test reconnu au niveau mondial pour l’évaluation du niveau d’anglais des candidats dans un contexte professionnel. L’objectif est de pouvoir évaluer les 4 compétences linguistiques que sont la compréhension (orale & écrite) et l’expression (écrite & orale). Les tests TOEIC « Listening and Reading » et « Speaking and Writing » permettent cette évaluation.

Le TOEIC certifie uniquement en anglais.

-          Le BULATS (Business Language Testing Service)

Le BULATS est également un test reconnu au niveau international. C’est un test informatisé auto-adaptatif (les questions posées correspondent automatiquement à votre niveau).

Le BULATS certifie uniquement en anglais.

-          Le DCL (Diplôme de Compétence en Langue) 

Le DCL est un diplôme du Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche créé spécialement pour les adultes. Il permet de valider l’utilisation d’une langue étrangère que ce soit dans le cadre de situations personnelles, sociales ou professionnelles courantes.

Le DCL peut être notamment obtenu pour les langues suivantes : allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, FLE (Français Langue Etrangère), italien, portugais, russe.

-          Le BRIGHT language

Depuis plus de 20 ans, Bright Language accompagne les entreprises et les multinationales dans l’évaluation des compétences en langues étrangères de leurs collaborateurs.

Les tests Bright sont disponibles pour l’évaluation de 11 langues différentes : anglais, français, espagnol, italien, allemand, portugais, néerlandais, flamand, suédois, russe et chinois mandarin.

-          LEVELTEL

LEVELTEL est le seul test certifiant qui évalue la capacité à communiquer à l’oral en contexte professionnel dans une langue étrangère.

LEVELTEL propose une certification pour 5 langues : anglais, allemand, espagnol, italien, ou FLE (Français Langue Étrangère).

N’attendez plus et profitez de l’été pour vous former et être certifié en langues étrangères !

 

PARIS BORDEAUX 2

 

LEVELTEL_logo-2018-HD blanc 1200 630

LEVELTEL, la nouvelle certification Langues proposée par AUDAVIA

LEVELTEL_logo-2018-HD blanc 1200 630

Afin d’être toujours plus performant et vous offrir un maximum de choix, AUDAVIA vous propose une nouvelle certification sur 5 langues : anglais, allemand, espagnol, italien, ou FLE (Français Langue Étrangère).

LEVELTEL est le seul test certifiant qui évalue la capacité à communiquer à l’oral en contexte professionnel dans une langue étrangère.

LEVELTEL est :

• Certifié par la Commission Nationale de la Certification Professionnelle

• Reconnu par les professionnels du recrutement et de l’intérim

• Référencé par la branche professionnelle des entreprises du Médicament

L’évaluation est rapide, fluide et concrète. Vous bénéficiez de sessions tous les jours de 6h à 23h30. Vous êtes appelé par votre évaluateur à l’heure convenue, et il vous guide pendant toute la durée de l’évaluation à travers de questions adaptatives.

En résumé, LEVELTEL est :

ACCESSIBLE : Évaluation par téléphone ou par skype, moyen de communication le plus sûr et le plus adapté pour évaluer la compréhension et l’expression orales.

RAPIDE :  Facile à planifier dans un agenda, le test dure entre 20 et 30 min.

ADAPTATIF : L’évaluateur vous pose des questions et s’adapte à votre niveau afin de définir le plus finement possible votre niveau.

PROFESSIONNEL :  Les échanges sont centrés sur le milieu professionnel.

A la fin du test, vous recevez immédiatement les détails suivants :

• Votre niveau CECRL global (de A1 à C2)

• L’analyse sur les 5 critères suivants :

-             Précision grammaticale

-             Compréhension orale

-             Vocabulaire professionnel courant

-             Fluidité de l’expression orale

-             Vocabulaire métier

• Le certificat vous est envoyé par e-mail

• L’attestation de présence est envoyée aux organismes de formation en langues dans le cas de parcours CPF

LEVELTEL est éligible au CPF, avec le code 220873, et le résultat de votre test est valable 2 ans.

Plus de 15000 candidats sont évalués en France et à-travers le monde, donc pourquoi pas vous ?

PARIS BORDEAUX 2

600 315 source

Le prélèvement à la source, nouveau rôle pour les entreprises

Prélèvement à la source

Le prélèvement à la source ou le nouveau rôle pour les entreprises

Le prélèvement à la source, pourquoi ?

Le prélèvement à la source va permettre le paiement de l’impôt de manière
concomitante à la perception des revenus, et  éviter ainsi un décalage qui pourrait entrainer des difficultés de trésorerie. «C’est là son objectif principal. C’est aussi ce qui le différencie de la simple mensualisation obligatoire de l’impôt qui ne s’adapte pas automatiquement et en temps réel au revenu.»

Quel sera le rôle de l’entreprise ?

« Dans le cas général, l’entreprise aura trois obligations :
1. Appliquer le taux transmis par la DGFiP. L’entreprise n’aura pas à appliquer de taux
de manière rétroactive. Pour toute réclamation sur son taux, le salarié s’adressera
directement à la DGFiP ;
2. Retenir le prélèvement à la source sur le salaire net à verser au titre du mois M, en
appliquant le taux au salaire net imposable ;
3. Reverser en M+1 à la DGFiP les prélèvements à la source du mois M.»

En pratique, comment cela marche pour les entreprises ?

«Pour les entreprises privées, la mise en oeuvre est simplifiée grâce au déploiement de la
déclaration sociale nominative (DSN), généralisée à l’été 2017. Pour mettre en oeuvre le
prélèvement à la source, quelques données seront ajoutées à la DSN mensuelle. L’assiette
du calcul du prélèvement à la source sera le salaire net imposable, qui est déjà calculé par
les logiciels de paie et qui figure déjà sur les bulletins mensuels de paye..»

Les entreprises, pendant les jours qui séparent le prélèvement des acomptes sur le salaire
de leur reversement à l’administration fiscale, disposeront de la trésorerie correspondante,
ce qui représente un gain de trésorerie par rapport à la situation actuelle.

Le dispositif est conçu pour que le logiciel de paie intègre automatiquement le fichier des taux de prélèvement transmis par la DGFiP via le « flux retour » de la DSN.

Le gouvernement sera très attentif à la charge que représentera le prélèvement à la source pour les tiers collecteurs, en particulier les employeurs, qui collectent déjà les cotisations sociales et la CSG, via la DSN.

Tout savoir sur le prélèvement à la source à destination des entreprises, www.economie.gouv.fr

Vous souhaitez être accompagné pendant cette transition, contactez-nous!

PARIS BORDEAUX 2

Action 600 315

L’apprentissage par l’action ou action learning

Action 600 315

Avez-vous déjà entendu parler de l’apprentissage par l’action ou action learning ? Comme son nom l’indique, il s’agit d’apprendre en agissant !

Cette méthode, très sérieuse, a été développé par le professeur Reg REVANS, en Angleterre dans les années 40. Pour lui, le but de l’apprentissage par l’action est de provoquer un changement de l’organisation et non simplement favoriser l’action locale.

Sa méthode va se répandre dans les années 70, en Europe puis en Australie et en Amérique du Nord.

L’apprentissage ne peut donc se faire par une simple transmission de la théorie, mais bien par une intégration de celle-ci dans les problématiques réelles et concrètes des managers.

Reg REVANS avait relevé que l’augmentation des performances ne dépend pas d’experts mais des salariés de terrain. Les apprenants sont donc incités à analyser leur comportement.

Depuis, l’apprentissage par l’action a montré qu’elle était une méthode efficace de formation. Apprendre en travaillant amène à une montée en compétences dans l’action et augmente la motivation.

Il existe trois conditions pour que l’apprentissage par l’action soit efficace :

-          Un groupe d’apprenants avec une problématique concrète,

-          Des solutions possibles et des actions à mettre en place,

-          Un échange d’idées dans le processus d’apprentissage.

Ainsi le groupe pourra :

-          Résoudre des questions complexes,

-          Trouver des solutions aux causes du problème,

-          Produire des idées créatives,

-          Chercher une nouvelle orientation stratégique.

Il parait surprenant que l’apprentissage par l’action revienne au-devant de la scène, avec la réforme de la formation professionnelle. Parce que, pour AUDAVIA Formation, cette méthode, sans la nommer, a toujours été au cœur de notre démarche pédagogique.

Évidemment que pour bien apprendre, il faut FAIRE et AGIR. Évidemment que les problématiques concrètes doivent être au centre de l’apprentissage.

C’est ce que nous faisons en vous proposant des formations SUR MESURE. Suite à une identification précise en amont de vos besoins et objectifs, nous établissons votre déroulé pédagogique. Lors de la formation, notre expert formateur vous fait monter en compétences par l’action !

Sur mesure, qualité et expertise, tel est l’ADN d’AUDAVIA Formation !

PARIS BORDEAUX 2

600315data

La charte qualité AUDAVIA

Nous vous l’avions annoncé en juin 2017, Audavia Formation a été dans les premiers organismes de formation à être référençable sur Datadock. Et comme on dit, nous sommes « datadocké » !

600315data

Pourtant, nous ne vous avions jamais présenté notre charte qualité. Cet oubli est désormais réparé !

 Voici les trois principes fondateurs d’AUDAVIA FORMATION :

 LE SUR MESURE

Nous construisons chacune de nos formations en fonction des besoins et objectifs de nos clients tout en leurs fournissant les moyens nécessaires à son bon déroulement.

L’EXPERTISE

De nos formateurs :

Nous exigeons qu’ils soient des experts reconnus de leur(s) domaine(s) d’intervention et d’excellents pédagogues qui mettent régulièrement à jour leurs connaissances.

De nos conseillers en formation :

En plus d’une organisation parfaite de nos formations, nous nous devons d’être des experts de notre milieu socio-économique (connaissance des contraintes clients, procédures liées à la formation professionnelle, les obligations légales, les différents dispositifs, etc…) afin d’orienter et conseiller au mieux nos clients.

LA QUALITÉ

Nous mettons un point d’honneur à satisfaire nos clients.

La démarche commerciale :

Nous évaluons régulièrement la qualité et la rapidité de notre réponse commerciale.

La qualité de la formation :

Nous évaluons toutes nos formations à chaud et à froid et recueillons l’impact de nos actions auprès de nos clients.

Le suivi de l’apprenant :

Notre organisme de formation à taille humaine nous permet d’être proche de nos clients avant, pendant et après la formation.

 

Un projet de formation ? N’hésitez pas à nous en parler !

PARIS BORDEAUX 2

 

600 315 reforme

Le calendrier de la réforme de la formation professionnelle

Calendrier réforme

Voici le calendrier de la réforme de la formation professionnelle :

2018

- 6 avril : Présentation de l’avant projet de loi par la ministre du travail, Muriel PENICAUD

- 27 avril : Présentation du projet de loi en conseil des ministres

- 01 au 30 juin : Inscription du projet de loi à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale

- Août : Élaboration de la cartographie des filières économiques à partir desquelles seront bâtis les opérateurs de compétences

- 21 septembre : Vote définitif de la loi par le Parlement
Nouvelle définition de l’action de formation
Suppression de la période de professionnalisation
Mise en route de France Compétences

2019

- Juin : CPF crédité en euros et lancement de l’application

2020

- Janvier : Mise en place des Opérateurs de compétences et évolution des taux des contributions

2021

- Janvier : Tous les organismes de formation devront être certifiés selon les nouvelles règles de qualité et première collecte effectuée par l’URSSAF

600 315

Les quatre piliers de l’apprentissage

sciences cognitives

Les quatre piliers de l’apprentissage, Stanislas DEHAENE, psychologue cognitiviste et neuroscientifique français.

«Les progrès des neurosciences permettent de comprendre autrement des questions classiques sur les apprentissages. Des questions qui se posent aussi bien avec les enfants que chez les adultes.»
Paris Innovation Review, 2013

L’ATTENTION

L’attention est comme un filtre qui sélectionne une information. Mais elle a des limites.
Il faut donc savoir la captiver et la canaliser.

L’ENGAGEMENT ACTIF

Quelqu’un de passif n’apprend pas. L’enseignant ne peut mobiliser que si l’apprenant se mobilise.

LE RETOUR D’INFORMATION

L’erreur est indispensable afin de créer un signal qui se propage dans le cerveau et permet de créer un retour d’expérience.

CONSOLIDER L’ACQUIS

Le cerveau parvient à une automatisation qui est cruciale. Le sommeil joue aussi un rôle primordial.

Vous voulez en savoir plus, contactez-nous !

PARIS BORDEAUX 2

DT

Le Design Thinking

DT

Le Design Thinking est une approche de l’innovation et de son management qui synthétise pensées analytique et intuitive, s’appuyant sur la démarche qu’aurait un designer.

Pourquoi un tel engouement autour du Design Thinking ?

Parce qu’aujourd’hui l’expérience domine l’économie. En effet, ce n’est plus seulement l’innovation qui apporte rentabilité et succès, mais bien l’expérience autour de cette innovation. Le marketing va donc chercher à promouvoir une expérience unique, nouvelle et individuelle et non plus uniquement à valoriser le produit.

Les caractéristiques du Design Thinking sont les suivantes :

-          L’empathie avec l’utilisateur afin de cerner exactement ses attentes

-          Le prototypage et la mise en action rapide

-          Un pari sur les capacités des équipes avant tout investissement financier

-          Le design ne s’applique pas uniquement aux objets mais aussi aux services et organisations

Quelle est la démarche de Design Thinking ?

Selon Rolf FASTE, il y a 7 étapes du Design Thinking :

-          Définir

-          Rechercher

-          Idéer (brainstorming)

-          Prototyper

-          Sélectionner

-          Implémenter (mettre en place)

-          Apprendre (recevoir un feedback du client)

Pour Jeremy GUTSHE, les étapes sont au nombre de 5 :

-          Définir

-          Idéer

-          Synthétiser

-          Prototyper

-          Tester

Tim BROWN (IDEO) les réduit encore à 3 :

-          L’inspiration

-          L’idéation

-          L’implémentation

Enfin, la d.school de l’université STANFORD définit quant à elle 5 étapes :

-          Empathie

-          Définition

-          Idéation

-          Prototype

-          Test

Dans tous les cas, l’Humain est au centre du dispositif !

Vous souhaitez en savoir plus sur les parcours de formation sur mesure que nous pouvons vous proposer sur le Design Thinking, alors contactez-nous !

PARIS BORDEAUX 2